Chez A2COM, la prise en compte du handicap relève du management « ordinaire »

A+ A-

Engagée auprès d’acteurs socio-économiques locaux, comme le Club Osons, qui accompagne des étudiants handicapés dans leur parcours vers l’emploi, la PME informatique bretonne a fait de l’accueil d’alternants et de stagiaires handicapés une démarche presque banale.

1. L'expérience

Fiche rédigée le 22/02/2017


Une entreprise ouverte à la différence


« Ce qui nous importe, c’est le talent ! ». Quand on l’interroge sur l’emploi des personnes handicapées dans son entreprise, Isabelle Delaune-Minard balaie d’un revers de main la question de l’obligation légale pour se placer sur le terrain de la motivation et des compétences. « Nous recherchons des collaborateurs qui ont la passion de leur métier et qui ont envie de se réaliser dans leur travail. Nous entendons leur donner les moyens de le faire et s’ils ont des besoins particuliers, nous faisons le nécessaire pour nous adapter. »
Si la co-dirigeante du groupe A2COM, qui réunit une cinquantaine de salariés au sien trois entités, n’entend pas « mettre la focale sur le handicap », son entreprise, spécialisées dans les services informatiques, n’en est pas moins positionnée sur le sujet. Elle accueille régulièrement des stagiaires et des alternants qu’elle n’hésite pas à embaucher lorsque l’opportunité se présente.
Pour ce faire, le PME bretonne a intégré le Club Osons, un club d’entreprises créé en 2008 par l’association du même nom, qui informe et accompagne individuellement des jeunes en situation de handicap dans leurs projets de formation. Elle développe notamment des projets d’alternance, en lien étroit avec des acteurs clés que sont l’Agefiph, l’Éducation nationale, la Région et les chambres de commerce et d’industrie bretonnes. Le Club permet de créer des liens privilégiés avec un réseau d’entreprises impliquées. A2COM y côtoie de grands groupes comme Orange, Cap Gemini/Sogeti, TF1, le Crédit agricole ou Radio France.


Des candidats volontaires et engagés


« Ce qui est intéressant dans la démarche du Club Osons, c’est qu’il accompagne des jeunes actifs, volontaires, vraiment engagés dans leur projet, qui ont, justement, cette envie, cette énergie, que nous recherchons. Pour eux non plus, le handicap n’est pas le sujet principal : ils veulent avancer », souligne Isabelle Delaune-Minard.
Actuellement, A2COM accueille trois jeunes collaborateurs accompagnés par le Club : Valentin*, en stage dans le cadre de la préparation de son BTS Développeur informatique, et Fanny*, titulaire d’un BTS Gestion de PME/PMI, en CDD dans le cadre d’un remplacement pour congé parental. L’entreprise a également embauché en alternance Erwan*, qui prépare un diplôme d’ingénieur en cybersécurité.
Pour chacun d’eux, l’entreprise a mis en place les moyens de compensation correspondant à leurs besoins : des outils logiciels adaptés aux troubles « dys » pour faciliter la lecture et l’écriture, un management plus rapproché pour prendre le temps de définir clairement les missions, d’établir les priorités etc.
« Dans la mesure où ces jeunes sont accompagnés en amont, leurs besoins ont déjà été identifiés et il est finalement assez simple pour nous de suivre les recommandations qui nous ont été faites », poursuit la dirigeante de l’entreprise.


Une posture managériale et sociétale


Pour Isabelle Delaune-Minard, l’accueil de collaborateurs handicapés est avant tout une question de culture d’entreprise et de posture de management. « Le fait d’être naturellement ouverts à la diversité, de porter une attention à nos collaborateurs, de prôner un management bienveillant… Tout cela facilite grandement l’intégration de personnes que je désigne plus volontiers comme présentant des besoins particuliers. »
En interne, l’entreprise n’a d’ailleurs pas mis en place de communication spécifique sur le handicap en direction des collaborateurs. Elle place plus volontiers son discours sur le terrain des valeurs : respect, confiance, volonté de développer le capital humain... « Nous sommes dans une démarche globale de responsabilité sociétale. Cela nous conduit tout aussi bien à nous engager sur la durée au côté d’un interlocuteur comme le Club Osons qu’à soutenir, par exemple, la Fondation de l’Université Rennes 1 qui agit sur le terrain de l’innovation, du développement socio-économique et de l’insertion professionnelle des étudiants. »


Retour haut de page

2. Le témoignage

Isabelle Delaune-Minard, co-dirigeante de A2COM


« Je ne veux pas faire du handicap le sujet principal »


« Quand le Club Osons nous propose un candidat, il ne nous présente pas « un jeune en situation de handicap », mais une personne qui a des choses à apporter à notre entreprise et qui a envie de faire un bout de chemin avec nous. En entretien, on sent bien que ces jeunes ont été bien préparés, stimulés. La question des besoins arrive après. Il est évidemment impératif d’en tenir compte, de s’adapter. Mais en tant que chef d’entreprise, je ne veux absolument pas en faire le sujet principal. »


   
Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Groupe A2COM
  • Activité : services aux entreprises
  • Région :  Bretagne
  • Effectif : 52
  • Effectifs TH : 3
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : nc
  • Contact :  Isabelle Delaune-Minard, co-dirigeante – idelaune@a2com.fr
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Nombre de personnes handicapées concernées : 3
  • Type de handicap : tous types
  • Aménagements
    - techniques : oui
    - organisationnel : oui
    - formation : non
  • Financement : A2Com, Agefiph, droit commun
  • Partenaires : Club Osons
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous