Extrême Limite embauche et crée un binôme pour maintenir dans l’emploi un mécanicien expert

A+ A-

Suite à un grave accident de santé, Antoine doit abandonner son métier de mécanicien. Mais il possède un savoir-faire unique. L’entreprise nantaise l’associe alors à un autre salarié avec qui il partage son expertise professionnelle.

1. L'expérience

Fiche actualisée le 13/02/2018


Antoine, détenteur d’un savoir-faire unique


Implantée à Fay-de-Bretagne, en périphérie nantaise, Extrême Limite propose des stages de pilotage sur circuit pour les particuliers et les entreprises. En 2001, la société complète son activité à la faveur de la fermeture de l’usine voisine de voitures de luxe Venturi. Elle intègre dans son équipe Antoine, le responsable livraisons et essais du constructeur automobile, et devient ainsi le dernier dépositaire de la marque française devenue mythique. Extrême Limite est désormais la seule entreprise disposant du savoir-faire pour offrir aux quelque 700 propriétaires de ces véhicules, disséminés partout dans le monde, un service de réparation et d’entretien sur tous les modèles. Antoine officie en qualité de mécanicien et de responsable commercial. Il est l’interlocuteur privilégié de cette clientèle haut de gamme.
A l’été 2012, le salarié est victime d’une rupture de l’aorte. Le pronostic vital est engagé pendant plusieurs jours. Il restera en arrêt maladie plus d’un an. Passés le choc et la période d’inquiétude, il exprime clairement son désir de revenir travailler au garage, sa passion.  L’entreprise s’organise pour accompagner sa famille et prévoir le retour à l’emploi d’un homme clé de son organisation.


Une organisation en binôme



Le médecin du travail, qui connaît la situation, oriente Extrême Limite vers le Sameth. « Dès lors, le cadre du redémarrage a été posé, se souvient Jean-Luc Tertrin, directeur administratif et financier de l’entreprise. Antoine a été déclaré inapte à son poste de mécanicien pour des raisons physiques et de fatigabilité. Cependant, pour préserver l’expertise très pointue dont il est le garant, le Sameth a proposé de le faire travailler en tandem avec un mécanicien, qu’il nous a fallu embaucher. » L’idée est de permettre à Antoine de continuer à travailler dans la mesure de ses possibilités, sur la partie commerciale,  et d’organiser un transfert de compétences vers le nouveau mécanicien, sur le modèle du compagnonnage.
Il reprend donc à mi-temps son poste de chargé de clientèle dans un espace de travail aménagé ergonomiquement (bureau, fauteuil, équipements informatiques). Son bureau, installé au cœur de l’atelier, est entièrement vitré afin de lui offrir une vue panoramique sur tout ce qui s’y passe, sans avoir à trop se déplacer.
L’Agefiph participe financièrement à l’aménagement technique des lieux et accorde également une aide pour l’embauche du nouveau mécanicien au titre du maintien dans l’emploi d’Antoine.

Une expérience forte pour l’entreprise


Quatre ans plus tard, le salarié est toujours à son poste et l’organisation mise en place pour assurer son maintien en emploi est restée la même. Seul changement : le premier mécanicien embauché pour seconder Antoine a quitté l’entreprise. « Il a été immédiatement remplacé par un autre candidat avec qui le binôme fonctionne parfaitement », explique Jean-Luc Tertrin.
Pour la démarche engagée, Extrême Limite s’est vu décerner un Trophée de l’Insertion par le Medef de Loire-Atlantique en 2014. « Ce prix symbolise pour nous la reconnaissance de tout le travail accompli et de notre engagement auprès d’Antoine pour qu’il revienne. Nous en sommes très fiers », confie le dirigeant de l’entreprise.
En interne, l’expérience a contribué à souder davantage l’équipe tandis que du côté de la clientèle, l’événement a créé un élan général très positif à l’égard du salarié,  « qui est un personnage très charismatique avec une grande aisance relationnelle », souligne son employeur. L’image de l’entreprise n’en est que meilleure.


Retour haut de page

2. Le témoignage

Jean-Luc Tertrin, directeur administratif et financier d’Extrême Limite


« Si nous n’avions pas été épaulés, nous n’aurions pas pu mettre en place une telle organisation »


« Tout seul, nous ne sommes pas grand chose ! Quand la situation s’est présentée et que nous avons dû réfléchir aux conditions du retour d’Antoine, nous étions assez désemparés. Si nous n’avions pas été épaulés par des spécialistes – le médecin du travail, le Sameth, l’Agefiph -, nous n’aurions pas pu mettre en place une telle organisation. Les procédures sont parfois complexes. Pour une petite entreprise telle que la nôtre, le temps et l’expertise nécessaires font défaut pour bien les maîtriser. »

   
Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Extrême Limite
  • Activité : industrie automobile
  • Région :  Pays de Loire
  • Effectifs : 8
  • Effectif TH : 1
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : 0
  • Contact : Jean-Luc Tertrin, directeur administratif et financier – jl.tertrin@extreme-limite.com
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Nombre de personnes handicapées concernées : 1
  • Type de handicap : maladie invalidante
  • Aménagements :
    - techniques : oui
    - organisationnels : oui
    - formation : non
  • Financements : Extrême Limite, Agefiph
  • Partenaires : médecin du travail, Sameth
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous