La Caisse d’Epargne Loire-Centre lève le tabou du cancer

A+ A-

Dans la continuité d’une initiative lancée à l’échelle nationale au sein de BPCE, la Caisse d’Epargne Loire-Centre a été l’une des premières entités du groupe à signer la charte Cancer@work et à faire de la maladie un vrai sujet d’entreprise, en lien avec sa politique handicap.

1. L'expérience

Fiche actualisée le 03/07/2018


Une prise de conscience portée par des salariées


Le cancer est de plus en plus présent dans les entreprises. Le développement de la maladie, le recul de l’âge légal de départ en retraite, les progrès des traitements permettant aux personnes malades de conserver ou de reprendre leur activité : tous ces facteurs contribuent à la mise en lumière des problématiques de maintien dans l’emploi. Ce n’est pourtant que depuis peu que les employeurs ont commencé à en mesurer les enjeux et à s’approprier le sujet.
Au sein du groupe BPCE, la prise de conscience est arrivée grâce à l’engagement d’un petit groupe de salariées du siège parisien concernées et bien décidées à lever les tabous autour de la maladie.
Afin de donner du poids à leur action, elles sollicitent, en 2015, Nicole Etchegoïnberry, présidente du directoire de la Caisse d’Épargne Loire-Centre (CELC), qui leur apporte un soutien actif. Ensemble, en partenariat avec l’association Cancer@work et avec l’appui de la DRH Groupe et du réseau des femmes de BPCE « Les Elles », elles organisent début 2016 des ateliers réunissant 73 collaborateurs de quatorze entreprises du groupe. L’objectif : faire émerger des bonnes pratiques et dégager des axes de travail pour une meilleure prise en compte de la maladie. La démarche conduit l’année suivante à la signature de la charte Cancer@Work par plusieurs entreprises du groupe, parmi lesquelles la Caisse d’Épargne Loire-Centre.


Donner une visibilité au sujet



« Cette charte nous engage sur trois volets, résume Patrick Rivière, DRH de la CELC. Tout d’abord, informer et faire évoluer les représentations sur le cancer et plus largement sur les maladies chroniques évolutives qui ne sont pas toujours bien comprises. Il s’agit également de faciliter le maintien et le retour à l’emploi des salariés concernés par la maladie. Pour y parvenir, l’entreprise doit aussi agir sur la ligne managériale à travers des actions de sensibilisation et de formation. »
Afin de porter le sujet et de le rendre visible pour les salariés comme pour les managers, la CELC désigne une personne référente au sein de sa direction des ressources humaines. Une conseillère emploi carrières, déjà en charge du handicap, devient ainsi référente Cancer@Work.
La thématique « Cancer et travail » est intégrée au programme de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées. Elle fait également l’objet d’une communication spécifique lors d’un comité des directeurs. En avril 2018, le cancer s’invite sans tabou lors d’une convention des managers, au cours de laquelle, en présence de la présidente du directoire, et du DRH, deux collaborateurs partagent leur expérience de la maladie avec les quelques 350 managers présents.

Une communication et des initiatives adaptées


« A chaque étape, une foule de questions se pose tant du côté des salariés que des managers, poursuit Patrick Rivière. Comment gérer l’annonce de la maladie ? Qui est concerné ? Comment ensuite maintenir le lien entre le salarié et l’entreprise pendant la période d’absence ? Et enfin, comment organiser le retour dans l’entreprise en prenant en compte les éventuelles fragilités physiques et psychologiques de la personne ? »
Pour apporter des réponses à ces interrogations, la CELC diffuse deux guides pratiques, réalisés par le groupe BPCE : l’un est destiné aux collaborateurs, l’autre aux managers. Un troisième livret est en préparation. Il cible les salariés aidants, accompagnant un proche malade, dont la situation concerne aussi directement l’entreprise. « Sur la région Loire-Centre, précise Patrick Rivière, nous avons d’ailleurs signé un accord sur le don de congés. Le nombre de jours offert par les collègues est abondé par l’entreprise »,
D’autres initiatives viennent compléter le dispositif « Cancer et travail ». En matière de prévention, l’entreprise a établi un partenariat avec une plateforme médicale spécialisée qui propose des consultations gratuites en ligne aux collaborateurs. La délégation régionale du réseau « Les Elles » intervient également à son niveau : pour soutenir les collègues en arrêt et maintenir le lien, elle offre des coffrets-cadeaux conçus par une start up tourangelle. Ils contiennent des produits (notamment cosmétiques) et des fiches conseils pour parer les effets secondaires des traitements.


Retour haut de page

2. Le témoignage

Patrick Rivière, DRH de la Caisse d’Epargne Loire Centre


« Le travail d’information et de sensibilisation est un préalable indispensable »


« Il très important de communiquer et d’échanger autour de la maladie car elle suscite non seulement des interrogations et des peurs mais aussi parfois des incompréhensions et des malentendus entre les personnes malades, leurs collègues et leur hiérarchie. Le travail d’information et de sensibilisation à tous les niveaux de l’entreprise est un préalable indispensable pour éviter ces situations. »

   
Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Caisse d’Epargne Loire Centre (CELC)
  • Groupe : Caisse d’Epargne
  • Activité : Banque
  • Région :  Loire Centre
  • Effectifs : 1 650
  • Effectif TH : 97
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : 0,5
  • Accord agréé : 2017-2019 (accord Caisse d’Epargne)
  • Contacts : Patrick Rivière, DRH – patrick.riviere@celc.caisse-epargne.fr
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Type de handicap : maladie invalidante
  • Financements : Caisse d'Epargne
  • Partenaires : cancer@work, plateforme médicale spécialisée
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous