Le groupe AAA permet à Alexandre de concilier maladie et vie professionnelle

A+ A-

L’entreprise aéronautique organise l’évolution professionnelle de son salarié au gré des besoins imposés par sa maladie invalidante. Réorganisation, aménagements techniques, formation, télétravail : tout est mis en œuvre pour y parvenir.

1. L'expérience

Fiche actualisée le 27/11/17


Un engagement fort vis-à-vis du salarié


Un engagement fort vis-à-vis du salarié
En 2006, Alexandre Soulier, 41 ans, est embauché chez AAA (Assistance Aéronautique et Aérospatiale), un acteur majeur de la sous-traitance aéronautique (Airbus, Dassault Aviation, Stelia…) D’abord contrôleur sur une chaîne de montage de moteurs, il évolue sur un poste de responsable d’équipe.
Après un AVC, en 2010, le salarié reprend, à sa demande, rapidement le travail et se voit confier quelques mois plus tard de nouvelles responsabilités qu’il accepte avec enthousiasme. Pourtant, des séquelles cognitives, jugées « mineures », persistent. Des examens médicaux plus approfondis révèlent qu’il souffre d’une maladie dégénérative. Le salarié en informe son supérieur hiérarchique et la direction des ressources humaines qui s’engagent à tout mettre en œuvre pour lui permettre de continuer à assumer ses fonctions de manager au fur et à mesure de l’évolution prévisible de la maladie.


Des mesures adaptées à l’évolutivité de la maladie


Quelques mois après le diagnostic, Alexandre Soulier choisit de faire une demande de reconnaissance administrative de son handicap qui facilitera les démarches ultérieures. Il est accompagné en cela par le service RH de l’entreprise. Une étude ergonomique de son poste lui permet d’obtenir un bureau individuel fermé, équipé d’une chaise ergonomique et d’une imprimante individuelle afin de lui éviter de se déplacer. On lui fournit également une tablette numérique pour l’aider à compenser ses troubles de la concentration et de mémoire. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la canne dont il s’aide pour marcher ne suffit plus. Alexandre commence à se déplacer ponctuellement en fauteuil roulant. La mission handicap finance en partie l’adaptation de son véhicule. À ce moment-là, il est positionné, à sa demande, sur un poste moins exposé de coordinateur de responsables de prestations, où ses compétences et son expérience continuent d’être valorisées.
Quand l’usage du fauteuil roulant s’impose au quotidien, son poste est à nouveau repensé en conséquence.
En 2014, nouvelle affectation : Alexandre devient adjoint du responsable projet (son supérieur hiérarchique). Afin de limiter ses déplacements quotidiens, il télétravaille de chez lui deux jours par semaine. Ce temps est consacré à suivre une formation à distance, financée par la mission handicap, pour apprendre la programmation informatique (325 h sur un an) dont il a besoin afin de construire les outils de pilotage que requièrent ses nouvelles fonctions.

Changement de regard sur handicap


Cinq années ont passé depuis la découverte de la maladie. En dépit de ses effets progressifs sur le quotidien d’Alexandre, il est toujours pleinement engagé dans son travail. « Nous avons fait évoluer son poste de manière à le libérer de l’urgence des tâches à traiter au quotidien, précise Charles Andizian, responsable du développement RH d’AAA. Il gère désormais le moyen et le long terme et participe à différentes missions annexes, qui sont néanmoins indispensables pour la réussite des projets ».
Grâce aux différentes mesures mises en place pour lui permettre de continuer à exercer son activité professionnelle, Alexandre continue à vivre aussi normalement que possible et échappe à l’isolement. « Sa plus grande crainte, au départ, concernait moins la maladie elle-même que le regard porté sur lui par ses collègues », poursuit le responsable RH. Finalement, en cinq ans, les mentalités ont évolué autour de lui. Le tabou de la maladie a progressivement été levé et il est devenu plus facile d’en discuter. Dans le même temps, l’exemple d’Alexandre contribue à faire changer le regard porté sur le handicap dans l’entreprise.


Retour haut de page

2. Le témoignage

Charles Andizian, responsable développement RH d’AAA


« Notre mission handicap a beaucoup évolué au contact d’Alexandre »


« Alexandre est aujourd’hui membre de la Commission handicap que nous avons mise en place dans le cadre de l’accord handicap. Il y est très actif. Il est certain que son regard personnel et l’expérience commune que nous avons développée autour du handicap nous ont fait beaucoup avancer dans l’appréhension du sujet. »

   
Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Assistance Aéronautique et Aérospatiale (AAA)
  • Activité : industries de biens intermédiaires
  • Région :  Occitanie
  • Effectifs France :   1600 en France
  • Effectif TH : 88
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : 0,44
  • Accord handicap agréé : 3e (2015-2017)
  • Contact :  Charles Andizian, responsable développement RH – candizian@aaa-aero.com
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Nombre de personnes handicapées concernées : 1
  • Type de handicap : maladie invalidante
  • Aménagements :
    - techniques : oui
    - organisationnels : oui
    - formation : oui
  • Financements : AAA
  • Partenaires : Sameth 31, YMCA Colomiers (étude ergonomique)
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous