Un contrat de mise à disposition transformé en CDI au magasin Leroy Merlin d’Agen

A+ A-

Afin d’optimiser la phase de mise en rayon des produits par ses équipes avant l’ouverture, le magasin Leroy Merlin de Boé, près d’Agen, a créé un poste de déloteur qu’il a confié à un travailleur handicapé de l’Esat Agnelis.

1. L'expérience

Fiche rédigée le 15/06/2017


Un poste de délotage ouvert aux travailleurs handicapés


Patron de la logistique du magasin Leroy Merlin de Boé, en périphérie d’Agen, Benoît Blondy gère une équipe de 17 personnes en charge notamment de la réception des marchandises et de la gestion des réserves. Alors qu’il réfléchit à l’optimisation de l’organisation des flux, il lui apparaît nécessaire de créer un poste de « délotage » : « À réception des palettes de produits, tôt le matin, il s’agit de défaire les films plastique qui les protègent, et d’ouvrir les cartons pour faire gagner du temps aux collaborateurs responsables de la mise en rayon », indique-t-il.
Le directeur logistique évalue alors, avec son équipe, l’opportunité de confier cette tâche à un travailleur handicapé issu d’un Esat. « J’avais déjà eu l’occasion, dans le passé, de réaliser  cette expérience avec succès au sein d’autres enseignes », confie-t-il.
Au printemps 2015, un établissement voisin, l’Esat Agnelis, détache trois stagiaires pour organiser le poste et évaluer celui qui sera le plus à même de l’assumer.


Une construction collégiale



En amont de l’arrivée des trois stagiaires, plusieurs rendez-vous ont eu lieu entre l’entreprise et l’Esat Agnelis pour étudier le poste. « Nous sommes partis de zéro, explique Benoît Blondy. Il a fallu tout définir, déterminer un espace dans le magasin pour déloter, organiser les flux, la gestion des déchets, de leur récupération à leur mise en containers. Il a aussi fallu déterminer le placement des palettes, des chariots roulants… Tout s’est fait en concertation avec les collaborateurs afin que tous deviennent acteurs du nouveau process. »
Au cours de la phase de mise en place, un suivi attentif des trois stagiaires est réalisé. Après la mise en rayon du matin, un débrief avec les responsables permet de pointer les réussites comme les erreurs, et de passer un peu de temps ensemble pour réexpliquer certains points, si nécessaire.
Curieux et motivé, William apprend vite. Passée la découverte du fonctionnement interne du magasin, il se démarque rapidement par son aisance relationnelle, n’hésitant pas à aller prêter main-forte aux collègues quand lui a terminé ses tâches. Il aide aussi progressivement aux inventaires sur les réserves, aux démarques (pointage des produits à jeter) et ne craint pas de se confronter à la saisie informatique. À l’issue de la période d’expérimentation, il fait l’unanimité et signe, dans un premier temps, un contrat de mise à disposition.


Du contrat de mise à disposition au CDI à plein temps


« Très polyvalent », « capable d’évoluer » : le bilan établi par l’entreprise au bout d’un an est très favorable à William au point qu’il lui est proposé de signer un CDI. « Quitter le secteur protégé était son plus grand souhait, souligne Benoît Blondy. En plus, il adore ce qu’il fait ! » Le jeune salarié vient de valider différentes habilitations à la conduite d’engins de manutention. Pour l’épauler, les jours de flux tendus, Leroy Merlin vient d’intégrer un second travailleur handicapé de l’Esat Agnelis, à raison de 16 heures par semaine.
Grâce à cet emploi, William a pu s’affranchir de différentes tutelles et devenir plus autonome dans sa vie personnelle.
Au sein de l’équipe logistique, le bilan est également positif. L’intégration d’un collègue handicapé a permis à chacun de vivre « une expérience humaine riche, personnellement et professionnellement », selon Benoît Blondy. « Il apporte une envie et contribue à créer une dynamique qui correspond totalement à ce que je souhaitais créer au sein de l’équipe », confie le directeur logistique.



* Le nom de la personne a été modifié pour préserver son anonymat.

Retour haut de page

2. Le témoignage

Benoît Blondy, directeur logistique du magasin Leroy Merlin de Boé


« Chaque fois que j’ai tenté l’expérience avec un Esat, elle s’est révélée fructueuse »


« Ce que je recherche, c’est la relation humaine, tendre la main à des travailleurs handicapés qui veulent entrer dans le milieu ordinaire et rompre leur cloisonnement. Chaque fois que j’ai tenté l’expérience, elle s’est révélée fructueuse. Avec William, c’est allé au-delà de mes espérances tout en restant simple : tout le magasin s’est montré acteur de cette réussite. J’ai également beaucoup apprécié les échanges avec l’Esat Agnelis qui s’est révélé un partenaire de poids, efficace, disponible, à l’écoute. Aujourd’hui, l’ex-tuteur de William continue de venir le voir de temps en temps. On voit bien qu’ils restent très proches. »


   
Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Leroy Merlin Boé
  • Groupe : Leroy Merlin
  • Activité : commerce
  • Région :  Nouvelle Aquitaine
  • Effectifs : 104
  • Effectif TH : nc (taux d'emploi : 4 %)
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : 1 %
  • Accord de groupe : 2e (2015-2017)
  • Contact : Benoît Blondy, directeur Logistique - benoit.blondy@leroymerlin.fr
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Nombre de personnes handicapées concernées : 1
  • Type de handicap : handicap psychique
  • Aménagements
    - techniques : non
    - organisationnel : oui
    - formation : oui
  • Financement : Leroy Merlin
  • Partenaires : Esat Agnelis
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous