Une jeune femme en contrat pro chez Arkema le temps d’une licence professionnelle

A+ A-

Marie, 23 ans, a travaillé pendant un an au déploiement d’audits qualité au sein du Groupement de recherche de Lacq, filiale du groupe chimique Arkema. Son contrat de professionnalisation a constitué une opportunité pour la jeune femme comme pour son employeur.

1. L'expérience

Fiche rédigée le 20/09/11


Une rencontre « intéressante » lors d’un forum formation


Le Groupement de recherche de Lacq (GRL), dans les Pyrénées-Atlantiques, est l’un des quatre centres de recherche français du groupe industriel chimique Arkema. Un accord de Groupe est mis en œuvre en 2008. Sa communication auprès des salariés, au sein du GRL, incombe à Corinne Dufrechou, responsable ressources humaines et coordinatrice locale handicap.
Avec plusieurs autres entreprises d’un réseau régional « emploi handicap » (On dit Cap), elle participe courant février 2010 à un forum de recrutement, organisé par Cap emploi. Le GRL n’a alors pas de besoin de recrutement particulier, mais la coordinatrice handicap reçoit différents candidats et les conseille dans leur démarche de formation et de recherche d’emploi. Elle rencontre alors Marie, 23 ans, titulaire d’un BTS productique bois, reconnue travailleur handicapé suite à un grave accident. La jeune femme souhaite s’orienter vers l’animation système management Qualité hygiène sécurité environnement (QHSE) et  recherche une entreprise susceptible de l’accueillir en contrat de professionnalisation pour effectuer sa licence professionnelle.


Une action de formation préalable au recrutement


Corinne Dufrechou est très intéressée par le profil de Marie. Elle suggère immédiatement sa candidature à sa chef de service qui pourrait l’accueillir, convaincue qu’elle aurait une place à prendre dans les audits qualité programmés au sein du Groupement. Lors du forum, d’autres entreprises ont remarqué la jeune femme : il faut donc faire vite. Dès le lendemain, Marie est contactée et se voit proposer un contrat de professionnalisation, à démarrer au mois d’octobre suivant.
Afin de valider son projet, le GRL, Cap emploi et Pôle emploi mettent en place pour elle, de juin à septembre, un contrat d’Action de formation préalable au recrutement (AFPR). « Ce dispositif spécifique lui a permis de se familiariser avec l’établissement, son activité, ses mécanismes mais aussi ses systèmes de management », précise Corinne Dufrechou. Pendant ces quelques mois, Marie travaille à 50 % du temps, sous le tutorat de la chef du service qualité. À l’issue de cette période, considérée de part et d’autre comme une période d’essai, le GRL et Marie confirment leur intérêt réciproque et décident donc de poursuivre par un contrat de professionnalisation.


Une licence professionnelle en alternance


Au début du mois d’octobre, la jeune femme entame comme prévu sa licence professionnelle à Pau. Pendant un an, elle alternera cours théoriques et pratique professionnelle, à raison de trois semaines à l’école et de cinq dans l’entreprise. Grâce à sa période de « pré-formation », elle n’a aucune difficulté à s’immerger dans les rouages complexes des systèmes de management qualité.  Toujours tutorée par la chef de service, elle accompagne chaque division du GRL dans la mise en place de ses plans de progrès en matière de santé et de sécurité, et la définition des indicateurs nécessaires.
Le GRL fait aménager le bureau de Marie pour soulager ses problèmes de dos. Avec l’aide du médecin du travail, Corinne Dufrechou demande l’intervention d’un ergonome, lequel procède à l’installation d’un espace de travail adapté au handicap de la jeune femme, complété par un fauteuil sur-mesure.


Une création de poste pour l’entreprise


Au bout d’un an, Marie décroche sa licence professionnelle. Son contrat chez Arkema parvient à son terme peu après, le 1er juillet 2011. Il n’est pas renouvelé, à la demande de la jeune femme, qui doit quitter la région pour suivre son conjoint en Mayenne. « Elle nous avait prévenus, précise Corinne Dufrechou. Cela nous a permis d’organiser son remplacement. Ses missions ont été réparties, c’est dire si elle s’est investie ! »
La séparation est rude de part et d’autre, mais la jeune femme reste en contact avec le GRL qui s’est montré « ravi » de son travail et où, selon ses propres mots, elle dit avoir vécu « dans un cocon » pendant 12 mois.

Retour haut de page

2. Le témoignage

Corinne Dufrechou, coordinatrice locale handicap

 


« Une motivation et un professionnalisme sans faille »



« J’ai adoré travailler avec Marie. Sa vitalité, sa motivation, son professionnalisme… Bien que son handicap soit invisible, certains jours, on pouvait voir qu’elle souffrait. Mais je n’ai vu passer aucun arrêt de travail la concernant. Bien évidemment, on évite de se plaindre de ses petits maux personnels à proximité d’une personne comme Marie. Je reste en contact avec elle, notamment pour l’aider à retrouver du travail dans son domaine, du côté de Laval où elle vient de s’établir. »


Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Groupe : Arkema
  • Entreprise : Groupement de recherche de Lacq (GRL)
  • Activité :  Commerce
  • Région : Aquitaine
  • Effectifs établissement : 168
  • Effectifs TH : 3
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : 0
  • Accord d'entreprise :  oui (2008-2010)
  • Contact :  Corinne Dufrechou (coordinatrice locale handicap) -
    corinne.dufrechou@arkema.com
  • Mise à jour :  20/10/11
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Nombre de salariés concernés :  1
  • Type de handicap :  moteur
  • Aménagements :
  • Techniques : oui
  • Organisationnel : oui
  • Formation : oui (tutorat + licence professionnelle)
  • Financements : GRL
  • Partenaires : médecin du travail, ergonome, Cap emploi, Pôle emploi
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous