Akka Technologies s’engage au côté d’écoles partenaires pour les aider à faire vivre leur politique handicap

A+ A-

Dans le cadre de son premier accord d’entreprise, le groupe a notamment apporté un soutien important à l’ESIEE Paris à travers des actions de sensibilisation et le financement d’aides techniques.

1. L'expérience

Fiche rédigée le 01/08/2016


Un partenaire de longue date


Signataire, en 2014, d’un premier accord d’entreprise agréé sur l’emploi de personnes handicapées après un diagnostic Agefiph, le groupe Akka Technologies s’est fixé pour objectif de recruter 30 CDI, 15 alternants et 15 stagiaires en situation de handicap sur une durée de 3 ans. Une feuille de route très ambitieuse pour une entreprise qui évolue dans le domaine de l’ingénierie et du conseil en technologie, et qui recherche essentiellement des candidats présentant un niveau de formation élevé.
Pour atteindre ses objectifs, la mission handicap Akka a naturellement misé sur les partenariats école/université afin de faire connaître les engagements du groupe et d’entrer en relation avec des étudiants handicapés. « Nous travaillons avec 28 écoles cibles dont deux universités, explique Isabelle Dupuy, sa responsable. Dans le cadre de notre politique handicap, nous avons, dans un premier temps, décidé d’engager des actions plus approfondies avec un partenaire de longue date, l’ESIEE Paris. » Cette école d’ingénieur est directement gérée par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris.


Des moyens de compensation pour les étudiants


« Le premier axe sur lequel nous intervenons est celui de la sensibilisation, poursuit la chargée de mission handicap. Chez les étudiants d’école d’ingénieur, le thème du handicap n’est pas la première des préoccupations, tant s’en faut. Il faut donc les interpeller en abordant le sujet de façon ludique. » Akka appuie donc ses interventions sur des outils de type application pour smartphone, handiquiz, mallette de jeux, également utilisés dans l’entreprise.
L’autre volet de l’intervention est plus individuel. « Il arrive que la direction ou des enseignants s’interrogent sur la situation de certains étudiants handicapés. Nous partageons alors notre expertise et n’hésitons pas à intervenir sur des aménagements, comme nous le faisons en interne pour le maintien dans l’emploi de nos propres collaborateurs », explique Isabelle Dupuy.
Dans ce cas, l’entreprise et l’école signent une convention de partenariat et Akka apporte des financements. Ces deux dernières années, l’entreprise a ainsi permis de mettre en place les moyens de compensation nécessaires à différents étudiants : ordinateur portable, tablette, logiciel spécialisé, synthèse vocale, siège assis-debout, boucle magnétique…
Ces interventions se font au cas par cas et ne sont pas nécessairement onéreuses, selon Isabelle Dupuy, l’école ne dispose pas toujours des budgets pour les prendre en charge.


Créer une dynamique autour du handicap


Plus récemment, la Mission Handicap Akka s’est rapprochée de Centrale Supelec en participant à un hackathon* avec une quarantaine d’étudiants. Elle sera également présente lors d’une journée organisée par l’école autour du handicap en mars 2017. Là aussi, l’enjeu est d’aller à la rencontre des étudiants, de parler du handicap, de la RQTH et de donner une visibilité à l’entreprise. Toutes ces actions contribuent à créer une dynamique autour de la thématique du handicap et à renforcer les liens avec les écoles, qui orientent naturellement des étudiants vers l’entreprise partenaire pour leur stage de fin d’étude.
« On ne peut pas développer une politique handicap sans rayonner autour de l’entreprise, affirme Isabelle Dupuy. Les partenariats écoles-universités sont essentiels, mais nous nous tournons également vers d’autres acteurs comme le secteur protégé/adapté, où nous apportons un appui et même des financements pour aider des personnes fragilisées à revenir vers l’emploi ou à développer leur employabilité. Nous envisageons d’ailleurs de renforcer ces actions en mettant en place du mécénat de compétence. »


* Les hackathons (contraction de « hacker » et de « marathon ») sont des ateliers collaboratifs visant à imaginer en équipe, en un temps très bref, des solutions concrètes, sous forme de prototypes, à des problématiques données.

Retour haut de page

2. Le témoignage

Isabelle Dupuy , responsable Mission Handicap
woman


« Nous ne recherchons pas un retour sur investissement immédiat »


« Les actions menées dans le cadre des partenariats écoles ne génèrent pas un retour sur investissement immédiat. Ce n’est d’ailleurs pas le but recherché. Nous contribuons simplement à faire avancer le sujet du handicap dans notre écosystème. Ces initiatives ont aussi un écho en interne. D’une manière ou d’un autre, elles nous ont aidé à faire évoluer notre taux d’emploi qui a doublé sur la période de notre premier accord d’entreprise. »


   
Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Akka
  • Groupe : Akka
  • Activité : Services aux entreprises
  • Région :  Ile-de-France
  • Effectif France : 6 000
  • Effectif TH France : nc
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : nc
  • Accord d'entreprise : 2014-2016
  • Contact : Isabelle Dupuy, responsable Mission Handicap – isabelle.dupuy@akka.eu
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Type d’actions menées :  actions de sensibilisation, rencontres étudiants/entreprise, financements ponctuels pour des aides techniques ou humaines, financement de projets d’innovation.
  • Financements : mission handicap Akka Technologie
  • Écoles partenaires : ESIEE Paris, Centrale Supélec
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous