Le groupe Spherea crée sa propre entreprise adaptée spécialisée dans l’ingénierie de système et l’électronique

A+ A-

En avril 2016, le groupe a inauguré Bridgelec, une entreprise adaptée adossée à sa filiale Get Electronique. L’objectif : intégrer des travailleurs handicapés sur des prestations destinées notamment aux grands donneurs d’ordre de l’aéronautique.

1. L'expérience

Fiche rédigée le 01/08/2016


Un projet à la fois social et commercial


Depuis janvier 2016, Philippe Lasman dirige la société Get Electronique, spécialisée dans la pérennisation, le clonage et la réparation de systèmes électroniques. Avant d’être nommé à la tête de cette PME de 75 salariés, filiale du groupe Spherea, cet ingénieur a réalisé l’essentiel de sa carrière dans l’écosystème aéronautique et spatial qui s’est développé dans la région de Toulouse. Il a notamment occupé plusieurs fonctions de direction, technique et commerciale, au sein de Spherea. Il connaît donc parfaitement le marché et les besoins des grands donneurs d’ordre du secteur.
Il a pu constater que les entreprises clientes peinent à répondre à leur obligation d’emploi alors que, dans le même temps, les personnes handicapées sont les premières victimes du chômage. Pour Philippe Lasman, cette équation peut être résolue. Avant de prendre ses nouvelles fonctions à la tête de Get Electronique, il propose à la direction de Spherea de créer une entreprise adaptée qui serait adossée à la filiale. « L’idée était de venir renforcer l’engagement responsable du groupe en poursuivant un double objectif : social, à travers un projet d’insertion professionnelle de personnes handicapées, et commercial, puisque la démarche permet une diversification de notre offre », argumente-t-il.
C’est ainsi que voit le jour l’entreprise adaptée Bridgelec au printemps 2016.


Des conditions de travail sur mesure


La nouvelle entité est implantée sur le site de Castres, siège de Get Electronique, où travaillent déjà une cinquantaine de collaborateurs. Pas question, pour Philippe Lasman, de créer des activités spécifiques pour les futurs salariés de Bridgelec : ils feront les mêmes métiers que leurs collègues (ingénierie système, électronique, câblage filaire), mais dans des conditions conformes aux exigences posées dans le cadre de l’agrément accordé par les services de l’État : ainsi, l’entreprise doit employer 80 % de personnes handicapées, tout en leur garantissant des postes aménagés en fonction de leurs besoins et un accompagnement adapté. Ce dernier consiste notamment en un dispositif de tutorat, assuré par des salariés volontaires de Get Electronique.
« Ma principale incertitude portait sur notre capacité à trouver des candidats ayant déjà des bases techniques et le potentiel pour se former et développer une certaine polyvalence, explique Philippe Lasman. Dès les premiers contacts avec Cap emploi, j’ai réalisé que ces profils ne manquent pas sur le marché. Il faut juste utiliser les bons canaux pour parvenir jusqu’à eux. »


Un mieux disant social


Un mois après avoir obtenu son agrément auprès de la Direccte du Tarn, Bridgelec accueille ses deux premiers salariés, Jonathan, 41 ans, et Adnan, 23 ans. L’un souffre d’importants  problèmes de dos suite à une chute, l’autre d’une malformation de la main qui lui a fermé, jusque-là, les portes de nombreuses entreprises, malgré un BTS systèmes électroniques. Une troisième personne les rejoint en juillet 2016. L’objectif de Philippe Lasman est de constituer en un an une équipe d’une dizaine de collaborateurs.  
La volonté du patron de Get Electronique et de Bridgelec est de faire fonctionner les deux entités en parfaite symbiose. « Elles ont des statuts différents et des locaux distincts, mais au plan commercial, leurs offres sont totalement intégrées et d’ailleurs parfois portées directement par le groupe Spherea », souligne-t-il. Get Electronique et Bridgelec sont donc parfaitement complémentaires : nous apportons une garantie de professionnalisme complétée par une forme de mieux disant social à laquelle les clients sont de plus en plus sensibles. » De ce point de vue, Philippe Lasman est formel : dès la création de l’entreprise adaptée, l’argument Bridgelec a porté auprès des donneurs d’ordre et a indéniablement pesé dans l’attribution de certains marchés.


Retour haut de page

2. Le témoignage

Philippe Lasman, Président délégué de Get Electronique et Bridgelec
lasman


« Parler du handicap contribue à humaniser la relation commerciale »


« La création de Bridgelec intéresse beaucoup nos donneurs d’ordres. Certains acheteurs ont suivi la démarche de près dès l’origine du projet et nous ont assurés de leur soutien. En abordant le sujet lors de rendez-vous clients, j’ai pu constater que parler du handicap contribue à humaniser la relation commerciale. Bien sûr, les clients ont un intérêt direct à travailler avec Bridgelec puisqu’ils peuvent comptabiliser les prestations dans leur déclaration d’emploi de travailleurs handicapées. Mais au-delà de l’avantage financier, l’approche RSE est indéniablement devenue un argument important dans la discussion. »


   
Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Bridgelec
  • Groupe : Spherea
  • Activité : Electronique
  • Région :  Midi-Pyrénées
  • Effectif Spherea : 550 salariés
  • Effectif Bridgelec : 4
  • Contact : Philippe Lasman, président délégué de Get Electronique et Bridgelec - philippe.lasman@spherea.com
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Nombre de personnes handicapées concernées : 3
  • Type de handicap : tous types
  • Aménagements
    - techniques : oui
    - organisationnel : oui
    - formation : oui
  • Financement : Get Electronique/Spherea, Etat
  • Partenaires : Cap emploi, Direccte
Retour haut de page

Version pdf de l'article

Télécharger l'article en version PDF imprimable

La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous