Actualité

Cancer et travail : accompagner et sensibiliser

Visuel de la page d'accueil de l'application Alex développée par WeCare@Work, soutenue par l'Agefiph WeCare@Work

Le 23 novembre 2022, l’Agefiph sera présente au colloque « Vivre et travailler avec un cancer » organisé par l’Institut national du cancer (INCa). Une participation qui s’inscrit dans le cadre de sa mobilisation pour lutter contre la désinsertion professionnelle et soutenir le maintien en emploi des personnes touchées par un cancer.

Chaque année, sur 400 000 personnes touchées par un cancer, 160 000 sont en emploi.

À 40 ans, Vanessa a été soignée pour deux cancers diagnostiqués trois ans plus tôt. En arrêt maladie pendant cette période et rompre la solitude, elle a intégré le programme « Et Après ? » porté par l’association Sœurs d’Encre, en Gironde. Ce projet consiste à offrir une immersion professionnelle aux femmes malades ou en rémission grâce à un accompagnement par leurs pairs au cœur d'un atelier-recyclerie. « On reprend confiance en soi, c’est le retour à une normalité qui nous manquait. Aujourd’hui je ne pleure plus quand je raconte ce qui m’est arrivé », témoigne Vanessa sur le site de l’association.

« Et Après ? » est l’une des initiatives lauréates de l’appel à projets innovation Agefiph 2020. Cet appel à projets s’intéressait à « la prévention de la désinsertion professionnelle et au maintien en emploi ».Ce thème concernait également les personnes touchées par le cancer. Un sujet majeur alors qu’en France près de quatre millions de femmes et d’hommes vivent avec ou après la maladie et que 80 % reprendront une activité professionnelle dans les deux ans suivant le diagnostic.

Chaque année, sur 400 000 personnes touchées par un cancer, 160 000 sont en emploi. Elles sont de plus en plus nombreuses à poursuivre leur travail pendant les traitements. « Cela concerne 20 % des salariés. La décision de poursuite de son activité est prise avec le médecin en concertation avec le médecin du travail », explique Evelyne Billot, assistante sociale au Centre Georges-François Leclerc de Dijon.

Se reconstruire aussi au travail

Depuis 2019, l’Agefiph soutient les initiatives et travaux qui permettent de comprendre ce qui conduit à la désinsertion professionnelle des malades du cancer. Objectif : nourrir la réflexion sur les solutions à mettre en œuvre et expérimenter de nouvelles actions. En 2021, elle a par exemple soutenu l’étude menée par l’association Entreprise et Cancer auprès de 30 entreprises sur « le retour au travail et la part de la qualité de la relation au travail ». Avec quels enseignements ? Au-delà des dispositifs existants – visite de pré-reprise, temps partiel thérapeutique, Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé –, le collectif de travail et une relation de qualité y compris pendant l’absence du salarié, sont essentiels. Ne pas rompre le lien est déterminant, à chaque étape.

L’innovation progresse également parmi les outils à disposition des malades encore actifs ou qui souhaitent le redevenir. Soutenue par l'Agefiph, l’application « Alex » de WeCare@Work permet d'informer et de renseigner les personnes touchées par un cancer, leur employeur, leur entourage, les soignants… Pour la fondatrice de la start-up, Anne-Sophie Tuszynski, les personnes malades développent par ailleurs de nouvelles compétences psycho-sociales telles que « l’agilité, la résilience, qui sont des clefs de pérennité pour une entreprise ». Autant d’atouts pour accompagner un retour au travail qui doit être bien préparé.

Pour approfondir le sujet et découvrir des états des lieux et perspectives, découvrez cette étude de l’Observatoire de l'emploi et du handicap de l'Agefiph : Concilier travail et cancer.

Publié le 16 novembre 2022