Sébastien est en passe de devenir le premier technicien sourd jamais accueilli dans la corporation des « lignards »

A+ A-

Candidat pour devenir magasinier dans une entité rochelaise de la société Réseau transport électricité (RTE), une filiale d’EDF, Sébastien, sourd-muet, est finalement pressenti pour devenir lignard ou technicien de maintenance des lignes.

1. L’expérience

« Un lignard sourd-muet, cela ne s’est jamais vu ! »


À la recherche d’un magasinier pour l’un de ses groupes d’exploitation, l’unité régionale « Système » et « Transport » de la société RTE (Réseau transport électricité), basée à Nantes, missionne l’Espace Bilan du RH pour présélectionner plusieurs candidats. Trois personnes sont présentées à Louis Chauveau, responsable RH de l’entreprise qui porte son choix sur Cédric, 36 ans, handicapé moteur, qui intègrera finalement l’entreprise en CDI après une période de stage. L’une des chargées de mission du Greta souhaite toutefois attirer l’attention du recruteur sur Sébastien, l’un des candidats présélectionnés qui ferait, selon elle, un parfait « lignard », autrement dit un technicien d’entretien des lignes. Dans un premier temps, l’entreprise répond qu’elle n’envisage pas d’embauche sur ce métier. Mais ses réticences portent surtout sur le handicap du jeune homme qui est malentendant. « Une personne sourde et muette à ce type de poste, cela ne s’est jamais vu… »


Problèmes de sécurité


Pourtant, l’équipe de direction de Nantes et de La Rochelle souhaite rencontrer Sébastien pour un entretien, avec l’appui d’un interprète en langue des signes. Âgé d’une vingtaine d’années seulement, le jeune homme se montre très motivé. Il est convoqué pour des tests en hauteur, sur les lignes. Son esprit très volontaire et son physique « de montagnard » correspondent parfaitement au profil recherché. En revanche, ses difficultés pour communiquer sont contraires à tous les principes de sécurité qui prévalent lorsqu’on travaille à 20 mètres au-dessus du vide, même surveillé par un collègue resté au sol. Possible ? Pas possible ? La direction locale de RTE, les ressources humaines et les partenaires sociaux décident de prolonger les tests : Sébastien est accueilli en stage, puis comme saisonnier au sein d’une équipe.

Une consultation informelle pour décider de l’intégration de Sébastien


En interne, malgré quelques réticences, la majorité des salariés de l’entreprise se montre favorable à l’intégration de Sébastien qui se voit finalement proposer un contrat d’apprentissage courant 2007. Pour accroître ses possibilités d’évolution à moyen et long termes, il est envoyé en formation bac professionnel MEI (maintenance des équipements industriels) dans un CFA. Dans le même temps, un tuteur volontaire est nommé chez RTE pour l’encadrer. Pour faciliter son intégration, des membres de l’équipe suivent une formation à la langue des signes. Enfin, une astuce est trouvée pour contourner l’impossibilité de communiquer une fois en haut des lignes : le jeune homme est doté – entre autres équipements - d’une montre-bracelet à vibrations qui affiche des messages envoyés par les collègues restés en bas.  Un plus en matière de sécurité.


Le cri de SébastienLe cri de Sébastien


« Sébastien, par sa personnalité et ses compétences, bénéficie d’un véritable élan de soutien de la part du collectif qui n’a pourtant rien de paternaliste, souligne Louis Chauveau. C’est dans ce contexte qu’il essaye de travailler sa communication verbale et qu’il a découvert qu’il pouvait pousser un cri très puissant et facilement identifiable par ses collègues. Pour Louis Chaveau, « c’est assurément l’une des clés de son embauche définitive puisqu’elle lève les derniers freins associés à la sécurité de tous ». « Mais, précise le responsable RH, cette embauche en CDI reste conditionnée par l’obtention de son bac pro, en 2009, et par  l’adhésion du collectif. Si ces conditions n’étaient pas réunies, ce serait un échec pour tout le monde. » En attendant, Sébastien est sans doute le premier technicien malentendant jamais accueilli dans la corporation des lignards.

Retour haut de page

2. Le témoignage

Chauveau Louis, responsable

RH


« Une extraordinaire aventure humaine »


« L’intégration de Sébastien est une extraordinaire aventure humaine, aussi bien par le soutien qu’il reçoit au sein de l’équipe que par les pressions exercées pour qu’il ne reste pas à ce poste. Une telle expérience n’a rien de linéaire, elle est faite de temps morts et d’accélérations. Et j’ajouterai que quoiqu’il y ait un accord signé, de telles expériences ne sont pas simples à mettre en place. »


Retour haut de page

3. La fiche d'identité de l'entreprise

  • Entreprise : Réseau Transport Électricité (RTE)
  • Etablissement : Unité régionale transport électrique Ouest
  • Activité : Transport d'électricité
  • Région : Pays de la Loire
  • Effectif entreprise : 8 200
  • Effectif TH de l'entreprise : nc
  • Unités valorisables au titre de la sous-traitance : nc
  • Accord d’entreprise : OUI
  • Convention Agefiph : NON
  • Contact : Chauveau Louis (responsable RH) :
  • Mise à jour : 05/11/2008
Retour haut de page

4. La fiche technique

  • Durée de mise en œuvre : 3 ans
  • Nombre de salariés concernés : 1
  • Type de handicap : auditif
  • Aménagements :
    • techniques : oui
    • organisationnels : oui
    • de formation : oui
  • Financement : RTE
  • Partenaires : CFA
Retour haut de page

Télécharger la fiche

Recrutement / Intégration - Formation des personnes handicapées (Document PDF - 559,41 kB)


La lecture de ce fichier nécessite le logiciel Adobe Reader : Télécharger Adobe Reader.

Retour haut de page

Vos contacts près de chez vous